Prévention : comment parler des violences sexuelles à son enfant ?

Voilà un sujet sur lequel j’ai régulièrement une question de la part de parents, ou tout simplement d’éducateurs, cousins, frères et sœurs, qui s’inquiètent (très légitimement) devant des mouvements du type « Balance ton porc » et #MeToo. 

 

La réalité étant ce qu’elle est, la politique de l’autruche ne peut clairement plus se faire, à moins d’être à mon avis, complètement naïf ou inconscient. Il est urgent de protéger les enfants et de faire en sorte que ces affaires horribles cessent. Chacun a un rôle à tenir, et je pense que les parents ont ici une étape à ne pas rater…au risque sinon de se retrouver avec une sale affaire à gérer avec leur pauvre enfant.

Quand en parler ? A partir de quel âge ? Comment ? Que dire ? Avec quels mots ?

Les questions sont multiples, et mériteraient des heures de réflexion, mais voici quelques pistes pour vous aider. 

La première étape restera toujours celle de la discussion dans le bain quand votre enfant est tout jeune (2-6ans). Par le soin que vous apporterez à son corps et des paroles qui montrent le respect que l’on doit avoir pour son propre corps, celui des autres, et que les autres doivent montrer envers nous… Vous transmettrez déjà une part énorme à votre enfant en ce qui concerne la protection de leur personne.  

« Ton corps, c’est toi. Cette partie de ton corps est précieuse, personne ne doit y toucher sauf nous tes parents pour te laver ou si tu as un problème. Ou bien un médecin en notre présence. Si jamais quelqu’un essaie d’y toucher, il est vraiment important que tu nous en parles parce que ce n’est pas une bonne chose pour toi. Ce ne sera pas de ta faute surtout, mais c’est comme à l’école : si un camarade t’embête, tu nous le dis pour que nous voyons ce que nous pouvons faire pour qu’il arrête ! »

La seconde étape sera quand vous leur expliquerez les changements du corps à la puberté. En fonction des personnalités de vos enfants, cela se fera vers 7-10 ans. Il sera important de leur montrer encore et toujours la valeur de leur corps, qui est en train de devenir adulte. C’est l’étape aussi où vous pourrez instaurer des règles d’intimité : prendre sa douche seul et non avec ses frères/sœurs/cousins… fermer la porte quand il est dans la salle de bain, mettre des vêtements adaptés à sa morphologie et à son âge. La pudeur va être un des principes clés qu’il doit avoir intégré à cet âge.

NB : NOUVEAU ! Je lance des ateliers pour les parents appelés “Puberté pour Aimer”. Mon objectif : qu’en m’écoutant présenter la puberté comme je le fais avec les enfants de CM2, vous soyez capables d’avoir les mots justes pour parler par vous-mêmes de la puberté à vos enfants. Il y aura un atelier pour les mamans, et un pour les papas. Pour plus d’informations : cliquez ici

Lire aussi : « Mon enfant me demande comment on fait les bébés »

 

Stop aux violences sexuelles faites aux enfants

Je vous partage maintenant le livret que Bayard a publié il y a quelques semaines : Stop aux violences sexuelles faites aux enfants. A partir de 3 scénettes illustrées sur des situations dangereuses qu’ils peuvent rencontrer sans le savoir, la prévention d’agressions est faite d’une manière ni angoissante ni choquante. Le « mon corps m’appartient, tu n’y touches pas » devrait être plutôt « mon corps, c’est moi, tu le respectes » mais à part cela, je trouve ce livret très pratique pour aborder le sujet. Si vous avez un meilleur moyen, allez-y surtout ! (Et n’hésitez pas à me le partager !) Ce biais des histoires est à mon sens bien efficace et concret pour des enfants. Et faire le lien à la puberté et aux changements du corps permettra surtout pour lui de comprendre que tout ce qui va se passer à un sens, même un peu mystérieux, et mérite le respect. IL mérite le respect. 

 

NB: la mise en vidéos de ce livret, qu’on trouve sur le site de Bayard, me semble par contre inadaptée pour parler de ces sujets avec un enfant. Par les images simples du livret, les enfants créent dans leur imagination le scénario par eux-mêmes. La vidéo vient faire “violence” au contraire à leur imagination qui n’est pas suffisamment construite pour assumer ce que ces petits films proposent.

La meilleur prévention, c’est l’éducation. 

« Un enfant éduqué est un enfant protégé ». Voilà ce qu’il faut retenir ! Et plus il grandira avec ces premiers repères que vous lui aurez donnés, plus il sera susceptible de venir parler avec vous s’il a un souci, de quelque nature qu’il soit. Vous aurez établi depuis son plus jeune âge une discussion sur des sujets importants. 

Vous êtes, serez et resterez sa première référence pour construire sa propre vision de l’amour, du couple, de la sexualité… Mais avant les grands discours, tant qu’il est petit, vous avez déjà une première mission d’éducation-protection à ne pas négliger. Au boulot ! 

 

Si comme parents ou éducateurs, vous souhaitez plus de conseils à ce sujet, n’hésitez pas à me contacter pour une consultation : nous pourrons approfondir en fonction de vos questions propres et de vos situations. 

 




 

 

Si vous souhaitez vous abonner à ma Newsletter, cliquez ici.