[PRESSE] Charge mentale : et si on arrêtait de voir la vie comme un combat ! Trois minutes chrono.

Nouvelle chronique ! L’actualité en a beaucoup parlé, cette notion de charge mentale est une réalité bien complexe et surtout bien lourde à porter au quotidien. 

Retrouvez ma clé pour survivre à ce « combat » quotidien ;-)

 

PHARE FM : On parle beaucoup de charge mentale depuis un moment maintenant, qui peut se résumer en une phrase : “ma vie est un combat” ! . Anne-Sixtine ! Qu’est-ce qu’il se passe ? 

 

ANNE-SIXTINE : Voyez-vous, c’est une phrase que j’entends régulièrement dans les accompagnements individuels que je propose, et qui est de tout à fait symptomatique de notre monde : il faut se battre pour tout, l’éducation des enfants, le travail, le couple, les affaires de famille, d’argent... Je pense que cette vision de la vie comme un combat à mener est vraiment problématique. 

 

PFM : Pourtant, c’est pas pour rien qu’on en parle, on a des vies surmenées Anne-Sixtine.  ! 

 

AS : Bien sûr, mais là, on parle d’une habitude qui nous pousse à nous concentrer tout le temps sur les problèmes, les difficultés, les échecs comme étant une sorte de fatalité. Certains ont de la chance, d’autres non… etc !  C’est ultra pessimiste ! Et je dirais même plus, totalement déprimant. Moi-même pendant un temps j’étais persuadée que ma vie était un combat, j’avais l’impression d’être en train de me battre sur tous les fronts. Sauf que je me suis aperçue que ce « ma vie est un combat » qui trottait dans ma tête était le genre de phrase « boulet pour la vie », qui avait plutôt tendance à m’enfoncer, plutôt que de me donner du courage. 

 

PFM : Si on ne doit pas dire « la vie est un combat », qu’est-ce que vous dites à ceux qui ont l’impression de toujours devoir se battre au quotidien ? 

 

AS : Je dis que la vie est un défi ! Vous voyez, la différence entre un combat et un défi, c’est que le combat, on n’en voit pas le bout, on en parle quand on est en plein dedans, qu’on est coincé, en train de le vivre. Avec cette impression surtout que c’est sans fin. C’est Terriblement pesant et fatiguant rien qu’en y pensant ! La vie comme un défi, c’est surtout voir les difficultés et les échecs comme des occasions de se dépasser. Certes il y a la souffrance aussi ici, mais elle n’est pas au centre de notre attention. On se focalise sur l’objectif sur le long terme, et non sur l’aspect bien-être ou mal-être du moment. 

 

PFM : Certains pourraient dire que vous jouez simplement sur les mots… mais qu’à la fin le résultat est le même !

 

AS : J’entends bien cette objection. Mais je peux vous assurer que ça change la vie justement ! On oublie tout le temps que les mots ont un sens et un impact ! Répétez tous les jours à quelqu’un que c’est un idiot, vous allez voir qu’au bout d’un moment il va finir par y croire ! Eh bien c’est pareil pour notre vie ! A force de voir notre  vie du mauvais côté, ou principalement selon l’angle du combat, on en arrive à s’auto-persuader que sa vie est dure, fatigante etc… Voir sa vie comme un défi qui se propose à chacun, avec ses sources de joie comme ses sources de peines, comme une sorte de pari ou d’espérance à vivre, aide bien plus à avancer au quotidien ! Ce que je vous propose là est une toute petite chose, mais elle permet de ne plus subir sa vie et ses problèmes. On en devient enfin un acteur, on fait un choix libre, on utilise sa volonté pour avancer et être heureux. 

 

PFM : si vous deviez résumer votre vision contre la charge mentale, que diriez-vous ?

 

AS : Je dirais que voir sa vie comme un défi, c’est choisir un art de vivre avec joie et courage au quotidien, sans s’arrêter à la désespérance face aux galères plus ou moins graves que nous rencontrons tous. 

 

N’hésitez pas à réagir à cette chronique via la page contact de mon blog, je répondrai comme d’habitude à tous vos messages dès que possible.) 

Retrouvez moi aussi sur ma page Facebook Liberté pour aimer




Chronique Phare FM du 10 octobre 2019 - Ecouter l’enregistrement. Lien a venir


Capture d’écran 2019-09-13 à 16.16.26.png

Si vous souhaitez vous abonner à ma Newsletter, cliquez ici.

Et pour me retrouver sur facebook : c’est par ici