Comment faire la différence entre amour et dépendance ?

Voilà une question à laquelle j’aime beaucoup répondre et qu’on me pose régulièrement. En général, elle vient dans la conversation parce dans votre vie personnelle, vous avez remarqué quelque chose qui clochait, un « truc » qui vous dérange. Vous ne vous sentez pas satisfait(e), vous éprouvez trop d’émotions négatives à votre goût, vous êtes peut-être même frustré(e). Pour faire court : vous avez l’intuition qu’il faut changer votre relation, mais vous ne savez pas trop pourquoi ni comment.

 

 

Qu’est-ce que la dépendance ?

      Pour comprendre la différence entre l’amour et la dépendance, commençons d’abord par définir ce qu’est la dépendance ! La dépendance est un type de relation qui peut être bon (un enfant est dépendant de ses parents) mais qui, quand on grandit et devient adulte, peut s’avérer problématique. Dans une relation d’amour, la dépendance apparaît quand on prend l’autre comme sens unique pour sa vie. Comment cela se manifeste-t-il ? Votre seul centre d’intérêt c’est l’autre, votre seul but c’est l’autre et elle seule peut répondre à vos besoins. Si vous êtes en couple, vous avez l’impression que vous ne serez plus rien sans lui/elle, vous réclamez de l’attention en permanence, vous faites preuve d’un dévouement sans borne pour lui/elle quitte à vous oublier complètement et à renier vos propres valeurs. Si vous êtes célibataire, vous êtes en recherche permanente d’une personne capable de combler le vide que vous éprouvez et tant que vous ne l’avez pas trouvé vous vous sentez malheureux et inutile.

 

Quand on aime, on ne verrait pas sa vie sans l’autre et c’est normal ! Mais votre bonheur dépend en grande partie de vous et ne peut pas être lié totalement à une autre personne. Sinon…

 

Conséquences…

 

     Très visibles ! L’esclavage des humeurs en fonction des actions de l’autre. L’instabilité et l’angoisse de ne plus être aimé(e). Ça vous dit quelque chose ? Vous finissez par disparaître vous-même : la personne dépendante se tourne complètement vers l’autre, au détriment d’elle-même. Elle en arrive d’ailleurs à pourrir la vie de celui/celle qu’elle aime parce qu’elle cherche elle aussi à être la seule personne qui répond à tous les besoins et peut avoir un comportement autodestructeur. Elle cherche à sauver et à être sauvée, un(e) superman/superwomen, qui répond à tous les désirs, sans manifester les siens. Voilà comment on sait qu’on est dépendant.

 

Gros danger d’une telle dépendance dans l’amour

         Comme conseillère, dans le cas où le bien-aimé(e) était amené à disparaître, à partir, si la relation s’arrête, je constate systématiquement une totale perte d’estime de soi. La raison pour laquelle vous existiez n’est plus là dans votre vie : c’est l’effondrement de tout ce que vous aviez pu construire jusqu’à aujourd’hui. Votre vie n’a plus de but, plus de sens, plus de joie, puisque la personne qui vous procurait tout cela n’est plus là. Qu’une rupture, une séparation soit difficile à vivre, c’est tout à fait normal, cela remet en cause un certain nombre de choix que nous avons pu poser. Je remarque que certaines personnes sont dépendantes affectivement en les voyant aller d’une relation à l’autre, sans être vraiment en paix, détendue.

         Si vous sentez que vous avez une tendance à la dépendance affective, sachez que la clé pour être heureux dans son couple, c’est d’abord de pouvoir être heureux avec soi-même et pour soi. Voilà le grand défi du dépendant affectif : reprendre confiance en soi et savoir être heureux seul. Vous ne parviendrez pas à trouver un sentiment de sérénité dans vos relations tant que seul(e) vous ne serez pas bien avec vous-mêmes.

 

Comment améliorer sa relation à l’autre si l’on est dans une forme de dépendance vis-à-vis de lui ?

       L’enjeu est pour vous de retrouver ce qu’on appelle l’interdépendance. C’est un équilibre dans la relation, qui fait que ni vous ni l’autre n’êtes dans une position de sauveur par rapport à l’autre. Il y a une réciprocité, principe même d’une relation équilibrée, ajustée, entre deux adultes. Chacun existe individuellement, vous êtes construits. Et pour répondre à vos besoins, quel qu’ils soient, vous ne prenez pas l’autre comme seule réponse. Son bonheur est votre souci et réciproquement votre bonheur est aussi le sien. Il peut y répondre, mais si jamais il refuse à un moment ou à un autre, on ne se frustre pas complètement. On devient dynamique et on cherche alors une autre solution.

        Cela vous demandera parfois un peu d’imagination et de retour sur vous si vous avez pris l’habitude de tout attendre de votre conjoint. Vous pouvez prendrez cette nouvelle habitude qui consiste en trois questions à se poser : de quoi ai-je besoin ? Quelles solutions existe-t-il pour y répondre ? Existe-t-il une solution pour que mon conjoint ne soit pas le seul sur qui je compte pour être heureux(se) et apaisé(e) ? Ces points de réflexion sont essentiels pour retrouver une vraie liberté pour aimer.

 

 

Retrouver la liberté pour aimer

        Libre pour choisir chaque jour d’aimer l’autre. Ce n’est pas simple, mais voilà le but. La liberté, à la différence de la dépendance qui vous bride, vous AIDE à aimer. Elle vous donne la force de tenir vos engagements, de choisir avec votre raison, et non simplement en fonction de vos émotions du moment. Elle vous donne une stabilité affective, et vous ouvre à la joie du couple qui avance malgré les épreuves, les combats, les difficultés. Il faut du courage pour réussir à changer nos manières de vivre en couple, mais voilà ce qui peut vraiment vous aider à retrouver une relation juste, apaisée, et profondément heureuse. Pour approfondir le sujet, vous pouvez aller lire mon article « je ne me sens pas aimable » afin d’améliorer votre estime personnelle. 😉

 

Dans ce genre de situation, si vous avez du mal à discerner et à prendre du recul sur ce qu’il se passe pour vous, vous pouvez choisir de vous faire aider. Je suis à votre disposition pour vous aider à avancer.

 

 

Article publié sur Réussir l'amour.

 

Si vous souhaitez vous abonner à ma Newsletter, cliquez ici.