3 bonnes raisons d'être fidèle et de le rester

Petite piqûre de rappel pour ceux qui ont choisi la fidélité, et pour ceux qui se posent la question de le rester ! À force de voir des sites favoriser l’infidélité et de constater le nombre de divorces (1/3 couples en France), je trouve que l’on a parfois un peu trop tendance à oublier, voire même à dénigrer, les raisons de choisir la fidélité pour son couple. Voir le négatif est toujours plus facile que de se concentrer sur les choses positives.

 

Voici donc les 3 principales raisons qui, à mes yeux, permettent de se mettre dans une perspective de couple bien plus heureuse que celle qui place la tromperie comme une solution parmi tant d’autres (pour pimenter sa vie, retrouver du désir ou simplement répondre à ses besoins d’amour, de paix et de tendresse).

 

1) Être fidèle, c’est tenir son engagement de contribuer au bonheur de l’autre.

Eh oui ! Au début de votre engagement de couple, vous avez fait le choix d’aimer et de prendre soin de l’autre. Même s’il/elle n’est pas parfait(e), qu’il/elle est parfois très pénible, qu’il/elle est bourré(e) de défauts… Il était normalement évident que dès le départ, votre conjoint n’était pas un Dieu parfait, ni un(e) Princesse Disney. Ne pas tout connaître de l’autre, ne pas avoir réalisé ce que cela demande d’être en couple, avoir la flemme de se battre : c’est normal ! Nous sommes de ces générations Kleenex : la société entière dans ce type de situations nous pousse à jeter l’éponge quand nous ne sommes plus satisfaits.

Problème ou chance : vous vous êtes engagés. Le fait d’aimer quelqu’un d’imparfait nous assure quelques blessures dans notre vie… Et réciproquement ! Quand on aime quelqu’un, il peut arriver qu’on le déçoive, qu’on le blesse. Parce que nous aussi, nous sommes imparfaits. La confiance peut être fragilisée, et la relation en pâtit. Malgré tout, la plupart du temps, la blessure est involontaire. Justement du fait de notre imperfection.

À l’inverse, dans l’infidélité, il y a un aspect volontaire indéniable (même si bien entendu, on peut ne pas aller très bien, ne plus se sentir satisfait et épanoui dans son couple, et avoir tout un tas de raisons d’en vouloir à son conjoint). On causerait VOLONTAIREMENT une grande souffrance à son conjoint s’il venait à l’apprendre. Désillusion, chute de l’estime de soi, remise en question, dépression sont les conséquences directes de la découverte d’une infidélité. Personne ne peut dire qu’il ne le savait pas. Ainsi la question à se poser si la tentation de l’infidélité se fait pressante : suis-je prêt(e) à être responsable de tous ces maux dans la vie de mon conjoint ? Mériterait-il qu’on tue sa confiance et son amour pour vous, même imparfaits ? Notre action contribuera à son malheur au lieu de chercher à le rendre heureux dans le couple qu’il forme avec vous. Il souffrira. Imaginez ce que cela vous ferait à vous de vivre cette situation… ? Un petit tour chez une conseillère conjugale du Cabinet Mots Croisés aiderait mieux à régler la situation.

 

→ Fidélité = Aimer l’autre tel qu’il est.

 

2) Être fidèle, c’est choisir de préserver sa propre vie + sa famille + son entourage de beaucoup de galères.

Assez simplement, niveau création de problèmes, l’infidélité est une championne. Elle blesse profondément le conjoint et peut en plus aboutir sur un divorce. Il faut savoir qu’un tiers des divorces est lié à l’infidélité. Et qui dit divorce, dit aussi avocat, juge etc. La confiance est brisée. Elle est pourtant le gage de stabilité dont un couple a besoin pour se construire et avancer au quotidien. Pour la reconstruire, le chemin de guérison sera long. Même si l’on ne souhaite pas divorcer, une « simple » séparation complique le quotidien. Dans le cas où l’on a des enfants, on fragilise également leur stabilité en les obligeant à s’adapter à la situation comme ils le peuvent. Deux maisons si une garde alternée est instaurée, les galères pour les emmener à l’école, les doubles signatures de carnets de notes, le travail scolaire à accompagner, la nounou à payer si on a un métier prenant. Rien que l’aspect « responsabilité des enfants » est conséquent. Gérer les deux familles, les grains de sel des amis, les pleurs et les grincements de dents de tout le monde ne peuvent pas faire rêver, et vous avez tout à fait raison.

Et ultimement, si la séparation (ou le divorce) n’est décidée, l’infidélité transforme la vie de couple en un champ de bataille bien difficile à pacifier… Il y a là un pardon à demander et à offrir loin d’être une mince affaire à accomplir.

Votre vie n’est déjà pas toujours simple, ce n’est peut-être pas la peine de multiplier les bâtons pour se faire battre, non ?

Bref, oubliez tous ces problèmes, la fidélité ne les pose pas !!!

 

→ Fidélité = Simplicité.

 

3) Être fidèle, c’est voir que l’herbe est toujours plus verte chez SOI.

Je remarque régulièrement que des couples qui se disent comblés pensent, s’imaginent, se projettent dans des idées d’infidélités : cela ne les concerne pas, mais c’est un sujet qui les taraude un peu. Le virus de la comparaison les touche et petit à petit, ils ne voient que ce qui leur manque. Il est important de comprendre que cette manière d’imaginer représente un danger : sans le vouloir, on rend la réalité de l’infidélité présente dans notre tête, on perçoit des avantages à la situation, on se dit que cela pourrait nous faire revivre des moments intenses par exemple (si c’est cela qu’on aimerait retrouver). Le petit diable dans notre tête commence à bien s’amuser… Et le petit ange va devoir batailler pour garder une certaine vigilance face à ces pensées. C’est une corde raide sur laquelle on vient de grimper inconsciemment.

Mais si on est heureux dans son couple et si on fait en sorte d’entretenir l’amour, il n’y a aucune raison d’aller chercher ailleurs. Cela peut paraître assez évident, mais c’est important de le dire ! Pourquoi se poser la question de l’infidélité quand on est heureux chez soi ?

La tentation du pré plus vert chez le voisin ne date pas d’aujourd’hui. En prendre conscience permet de recadrer ses pensées et de poser un choix : que puis-je faire aujourd’hui pour rendre mon couple heureux et rayonnant ? Comment puis-je mieux dialoguer et exprimer mes besoins, mes frustrations ? Comment puis-je remercier et dire ma joie d’être avec l’autre ? Perspective complètement différente de celle de l’infidélité, n’est-ce pas ? L’autre n’est pas un Kleenex : j’entretiens ma relation avec lui/elle, et je fais en sorte qu’elle puisse durer. Et si je lui ai fait de la peine, si je l’ai blessé par un geste ou une attitude, j’agis pour faire cette demande de pardon qui apaise et renforce la relation. Après chaque blessure, il est important de repartir à la conquête de son conjoint ! (Pardon, tendresse… et une petite touche d’humour !)

 

→ Fidélité = Joie et challenge

 

Une dernière remarque qui peut (et devrait !) en faire réfléchir certains : la question des IST et MST.

Autant être claire : la multiplication des partenaires sexuelles correspond à une augmentation de ses chances de se faire contaminer par une bactérie ou autre charmant virus. Il est extrêmement facile d’attraper une IST ou MST. Tapez herpès génital ou VIH sur internet, je pense que les images sont suffisamment parlantes pour nous faire dire qu’il vaut mieux les éviter. Pour soi d’abord. Pour l’autre aussi. En effet, la conséquence de votre infidélité est simple, et lourde à la fois : si vous êtes contaminé(e) par votre amant(e), c’est votre conjoint qui le sera aussi… Ainsi, en plus de la souffrance de l’infidélité, vous prenez le risque d’exposer votre conjoint(e) à des problèmes de santé. Concrètement, vous n’en voulez pas. Et tout comme vous, il/elle aimerait mieux s’en passer. Surtout que cela ne lui viendrait pas à l’esprit qu’il puisse attraper ce genre de choses, puisque lui vous est fidèle. Vous avez une réelle responsabilité vis-à-vis de votre conjoint à ce niveau-là. Il s’agit de ne pas mettre sa santé en danger par votre attitude.

 

→ Fidélité = santé !

 

Il est toujours temps de relever le défi de la fidélité. Vous avez besoin d’idées pour continuer sur ce chemin et être heureux en couple ? Jetez un petit coup d’œil aux différents « challenges du mois » que je vous propose ! Il suffit parfois de peu de choses pour relancer cette joie d’être avec l’autre, qui évacue naturellement la possibilité d’aller voir ailleurs… Entretenez-là cette joie ! Elle est votre force pour tenir le cap !

 

Publié sur Réussir l'amour...

 

Si vous souhaitez vous abonner à ma Newsletter, cliquez ici.

Favoris, COUPLESGalerie DD