Mon enfant me demande comment on fait les bébés ?

« Comment on fait les bébés », c’est LA question qui panique les parents ! Ça y est… Votre enfant vous l’a posée. Vous vous sentez désemparés et avez plutôt tendance à remettre la question à plus tard ? C’est normal. Pas si simple de se rappeler ses cours de SVT, et de les adapter à ses enfants… Surtout quand ceux-ci sont jeunes : que faut-il leur dire ? Comment ? Répondre ou ne pas répondre… Telle est la question.

 

Votre enfant s’interroge, et c’est une bonne chose. Rassurez-vous !

Que ce soit à 2, 3, 5, 10 ans qu’il vous demande comment il a pu exister, cela n’a aucune importance. En revanche, ce qui va différer, c’est la façon dont vous allez répondre à sa question selon son âge. Même si la question peut se révéler gênante pour vous, il est important de ne pas la fuir et d’y répondre, pour ne pas qu’il pense que ce soit un sujet tabou. Voici quelques pistes qui vous aideront à lui donner les explications qu’il demande.

Cette question peut venir très tôt, comme très tard, en voyant par exemple la maman d’un copain ou d’une copine de l’école enceinte. Le top : si vous avez dans votre entourage une femme enceinte, profitez-en pour la prendre en « illustration » de vos propos. C’est une bonne raison de parler de ce sujet, et c’est souvent plus facile comme point de départ 😉

 

Tant qu’ils sont petits, pas besoin de donner beaucoup de détails.

Ce qui compte à leur âge, c’est d’être écouté et d’obtenir une réponse qui puisse satisfaire leur curiosité. Vous pouvez vous-même l’interroger pour savoir comment il en est arrivé à se poser cette question (parfois il n’en sait rien, c’est spontané !). Après cela, une petite technique pour que l’information passe bien, prenez votre enfant sur les genoux. Et reprenez votre histoire de couple : un « papa et maman, ils se sont aimés très fort. Et tu es arrivé ! » peut suffire au début ! Si votre enfant demande plus de détails, utilisez les termes de « petite graine que papa donne à maman, la petite graine de papa et celle de maman se rencontre (dans le ventre), et delà est créé un petit enfant ! Toi ! ». Vous pouvez parler également du nombril, qui est l’endroit par lequel un bébé est rattaché à sa maman qui le nourrit. Dites-lui qu’il faut 9 mois bien au chaud dans mamanpour naître. Expliquer la naissance est tout simple si vous utilisez les gestes : vous pouvez faire comme si vous preniez le bébé d’entre vos jambes. L’imagination de l’enfant peut continuer toute seule à partir de là.

Dès 6 ou 7 ans, votre enfant pourra avoir davantage de questions et attendra plus que l’explication de « la graine ».

 

Si votre enfant approche de la puberté… Des détails s’imposent !

Et voici venu pour vous le moment de lui expliquer les changements de son corps qui va devenir adulte. Privilégiez deux choses : une approche scientifique et simple. Qu’est ce que c’est les règles, les éjaculations nocturnes, les spermatozoïdes et le sperme, ce qu’il se passe chez l’autre sexe comme changements du corps, etc. Et complétez par la signification, le sens de ces changements.

 

À éviter à tout prix : les mots négatifs !

Au lieu de zizi, zezette, kekette, foufoune, chatte et autres noms du style, donnez les noms de vagin et de pénis. Votre enfant rira peut-être, mais au moins il n’emploiera pas de mots crus et vulgaires pour parler de son corps. Idem : les règles ne sont pas sales. Le sang qui coule était destiné au bébé ! Ou encore… On parle d’éjaculations nocturnes et non de pollutions nocturnes. Le sperme n’est pas sale non plus.

Sauf si votre enfant pose la question, je vous conseille de ne pas parler de MST et IST lors de cette première explication de son corps. Si c’est important pour vous, privilégiez un autre moment où il aura eu le temps de bien comprendre ces changements du corps. L’enjeu est qu’il ne se focalise pas sur les problèmes liés à la sexualité, mais d’abord sur le fait que c’est une belle réalité. Je constate que c’est l’aspect « dangereux » de la sexualité qui ressort régulièrement dans les discussions que je peux avoir avec les jeunes, et c’est très souvent parce qu’on ne leur a parlé que des MST, IST, grossesses non désirées, etc. C’est bien entendu une réalité à prendre en compte, mais il ne faut pas oublier pour autant l’aspect positif de la sexualité. La meilleure prévention, c’est l’éducation. 😉

 

Bref la science… et le sens !

Mettez en avant la beauté de ce qu’il se passe dans le corps de votre enfant ! En expliquant pourquoi tout cela arrive, vous dédramatisez la situation : il peut avoir honte de son corps, se sentir mal à l’aise parce qu’il ne maîtrise pas tout… Ces changements peuvent être vécus dans l’angoisse, surtout pour les filles : perdre du sang peut être impressionnant. Il est important de parler des règles aux jeunes filles un peu en avance pour qu’elles ne s’inquiètent pas le jour où cela leur arrivera. Elles seront rassurées par le fait qu’il ne s’agit « que » de leurs règles, et n’auront pas non plus peur de vous en parler. Pour les garçons, osez parler des réactions du pénis et leur expliquer à quoi cela est dû, leur permettra de comprendre leur corps et les aider à mieux gérer leurs premières érections.

Montrez à votre enfant que la puberté est une étape qui commence le chemin de l’adolescence et qui l’amène à l’âge adulte comme papa et maman. Grâce à ces changements, un jour, quand il aura trouvé le grand amour comme papa et maman, il pourra se marier et avoir des enfants. Pour le moment, il/elle est encore trop jeune, mais ça viendra. Il faut d’abord faire ses études, travailler, etc. Valorisez le fait que vous respectez son corps, que les autres doivent aussi le respecter. Les parties intimes sont fragiles et doivent être protégées. Il faut donc en prendre soin.

En douceur, vous avez réussi déjà à transmettre beaucoup à votre enfant si vous leur dites tout cela. C’est le rôle des parents de donner ces premières informations, l’école viendra ensuite compléter ce que vous aurez dit. Cela fait partie du programme de CM2, puis de 4ème. Lors d’interventions scolaires, j’ai très souvent des enfants qui ignorent tout de ces changements du corps. Alors au boulot !

Si vous donnez le sens du respect et de la beauté de son corps à votre enfant, vous lui donnerez la conscience de sa dignité, de sa valeur, qui sera alors sa force pour grandir et affirmer sa personnalité. Eh oui, si on ne sait pas qui on est, on suit les autres comme des moutons, on fait les mêmes bêtises, on est influençable… À l’inverse, plus j’ai conscience de ma valeur et de la beauté de ce que je suis, plus je vais exiger le respect et refuser ce qui me fait du mal.

 

Si vous ne vous sentez pas très à l’aise malgré tout cela, je vous conseille les livres d’Inès Pélissié du Rausas. En fonction de l’âge de votre enfant, vous pourrez choisir celui qui vous correspond le plus. Ils sont tous top. 😉

 

Et rappelez-vous, votre enfant a confiance en vous. Il vous écoutera. Oubliez votre crainte, même si elle est légitime et naturelle, et transmettez-lui la beauté de son corps… Vous avez là une des étapes les plus importantes de sa vie.

 

Publié sur Réussir l'amour...

 

Si vous souhaitez vous abonner à ma Newsletter, cliquez ici.

education, FavorisAgence DD