Mon ado sort avec quelqu'un, que faire?

Sujet délicat pour certains parents, ou au contraire tout à fait normal pour d’autres. Voici quelques conseils pour que vous sachiez proposer ce qu’il y a de meilleur à votre enfant devenu grand… 

 

Il est normal que votre adolescent tombe amoureux, qu’il remarque une personne en particulier. L’évolution de son corps, les hormones de la puberté qui se réveillent, l’attirance et le désir sexuel sont maintenant très présents. Cela peut vous inquiéter. Vous imaginez peut-être « le pire » pour lui. Vous vous rendez clairement compte en tout cas qu’il se transforme de plus en plus en adulte, avec des problématiques d’adulte.

 

Aborder le sujet avec lui, pourquoi ?

La tendance est souvent de dire que « c’est de son âge ». Ou encore que « ce sont de petites amourettes, ça lui passera ». Ou encore « c’est bien, il commence à se faire une expérience ». Oui effectivement, mais attention à ne pas prendre cela un peu trop à la légère. L’enjeu de réussir à avoir une parole claire avec son adolescent sur ce sujet délicat est triple :

 

1) Lui faire comprendre que son corps a une mémoire, et que consciemment ou non, tout ce qu’il vit le marque. Il est donc important qu’il/elle mesure l’importance de sa première fois et qu’il/elle ne se laisse pas influencer par les envies de sa copine/son copain.

2) La conséquence directe de cela se trouve être le but ultime d’une conversation sur la vie amoureuse : lui parler du fait de rester libre. Libre de faire des choix qui lui correspondent vraiment, et non simplement en fonction de ses envies ou besoins du moment. Cela n’est possible que si l’on prend en compte ce fait que notre corps retient le bon et le mauvais de nos actions… Le bon nous élève, nous construit, nous grandit. Le mauvais nous blesse dans notre intimité et notre confiance en soi.

3) En lui parlant de la mémoire du corps et de sa liberté, vous lui donnez les clés pour avoir un vrai discernement parmi les personnes qu’il rencontre et qui lui plaisent. Ce discernement l’aidera à se protéger des personnes qui pourraient lui être néfastes et le/la faire souffrir.

4) Vous pouvez également aborder la question du respect qu’il doit avoir pour son copain/sa copine. Ne pas forcer l’autre, respecter son choix, son rythme.

 

Vous faites vraiment votre travail de parent en lui transmettant tout cela : vous expliquez les dangers et leurs conséquences, et vous donnez la clé pour grandir. En bref : éducation et prévention.

 

Comment en parler ?

Tout dépend si c’est vous qui avez découvert qu’il fréquentait une personne en particulier, ou si c’est lui-même qui vous a confié la nouvelle.

 

Si vous avez découvert cette relation amoureuse par vous-même :

Rien ne sert de s’énerver, grogner, hurler contre son adolescent. Il est amoureux, ce n’est pas un mal en soi. À l’inverse, il n’est absolument pas question non plus de le pousser dans les bras de son amoureux(se), en lui disant que vous le comprenez, mais surtout « protège-toi mon chéri » ou « évite de tomber enceinte ma chérie ». Leur dire de telles phrases sans leur transmettre certaines valeurs au préalable (voir les 4 points ci-dessus) équivaut à leur donner votre consentement en les « lâchant dans la nature » sans qu’il n’y ait été préparé. Je rencontre bien trop de jeunes dont les parents acceptent que le copain ou la copine dorme à la maison, en disant qu’ils préfèrent que « cela se fasse au moins dans de bonnes conditions ». Voilà une des attitudes qui banalise la sexualité précoce, à l’origine de nombreux cœurs brisés et de problèmes compliqués à gérer (grossesses non désirées, MST, IST…).

 

Ainsi, privilégiez plutôt une discussion ouverte avec lui, un soir ou pendant un temps où vous n’êtes que tous les deux. Réfléchissez avant à ce que vous souhaitez lui transmettre principalement sur ce sujet. S’il ne veut pas en parler avec vous,vous aurez maximum 30 secondes de son attention pour lui dire 3 phrases (et transmettre le maximum !)

 

Exemple :

— C’est une belle réalité que tu es en train de vivre, n’hésite pas à prendre du temps pour connaître ton amoureux(se) : je ne voudrais pas que tu souffres parce que tu aurais agi trop vite.

— Qu’est-ce que t’apporte de positif ton amoureux(se) ?

— Je suis là si tu as besoin de moi ou si tu veux en parler.

 

Minimum syndical, mais qui est déjà franchement pas mal !!! Ne vous vexez pas s’il ne veut pas parler de ce sujet avec vous. Il s’agit de son intimité. Ne cherchez jamais à le forcer, sauf s’il y a quelque chose de grave bien entendu. Cela risquerait sinon de provoquer l’effet inverse de ce que vous souhaitez. Il sera totalement fermé par la suite à ce que vous pourrez lui dire ou proposer.

 

Si votre adolescent vous a parlé spontanément de sa relation :

Voilà une belle preuve de confiance, pour laquelle vous pouvez remercier votre enfant. Ce n’est pas si évident de parler de ce sujet. S’il le fait avec vous, c’est que cela a une réelle importance à ses yeux. Il attend de vous que vous soyez quelqu’un sur qui il peut compter vraiment. Petit coup de pression pour vous : se montrer digne de cette confiance. La trahir en parlant de ce secret alors qu’il vous a dit de ne pas le faire, vous moquer ou juger sa manière de faire en disant « moi je » ou « à ta place, je », ou toute autre attitude qui ne respecte pas ce qu’il a pu vous demander (raisonnablement bien entendu), vous oubliez. Ou plutôt n’oubliez pas de ne surtout pas le faire ! 😉

Votre adolescent finirait par vous le faire payer, surtout parce qu’il serait blessé de voir qu’il ne peut pas compter sur vous dans ce qui est vraiment important pour lui.

Profitez de sa confiance spontanée envers vous pour parler des quatre points dont j’ai parlé plus haut. Il vous écoute, alors go !

 

Parents imparfaits, mais parents à l’écoute et respectueux :

Vous raterez sûrement certaines choses et votre adolescent se vexera. Pas de drame, encore une fois, ce qu’il va retenir, c’est ce que vous ÊTES. Pas forcément ce que vous FAITES. Donc, ÊTRE là, ÊTRE à l’écoute, ÊTRE aimant, ÊTRE positif. ÊTRE un vrai éducateur : votre adolescent attend de vous des limites claires. La moindre des choses, c’est que vous le tiriez vers le haut, en particulier sur ces sujets si beaux et si grands. Même s’il va grogner par moment, oui.

 

 

Question pratique :

Nombreux sont les adolescents/étudiants, qui enchaînent les relations éphémères. La question de savoir si, comme parents, on doit accepter ou pas d’accueillir le petit copain, petite copine du moment à la maison (et pourquoi pas à dormir) fini régulièrement en batailles, portes claquées et silences accusateurs. Pour gérer cette situation complexe, il est nécessaire que votre enfant comprenne que vous le respectez, et que vous respectez aussi les sentiments qu’il peut éprouver. Mais que cela ne veut pas dire pour autant que vous devez accepter toutes les situations possibles et imaginables qu’il peut vous demander. Vous êtes sa référence (même si parfois vous n’en avez pas l’impression). Il attend de vous des règles claires qui l’aident à se construire. Se construire socialement aussi. Et plus ces règles seront claires, mieux il pourra les respecter. Sans oublier quand même que vous ne pouvez pas non plus tout changer chez votre adolescent : il reste libre…

 

Voici une règle que vous pouvez mettre en place, et qui est assez simple : tant qu’il habite sous votre toit, il doit respecter les règles que VOUS souhaitez appliquer. Quand il sera adulte et qu’il aura pris son indépendance, il fera selon sa volonté. Mais en attendant, ce n’est pas lui qui prend toutes les décisions.

Cette règle vous permet, entre autres, de lui dire que pour ses relations amoureuses, vous souhaitez qu’il respecte tel ou tel principe important à vos yeux. À vous de voir ce qui est le plus important. Expliquez-lui pourquoi c’est important et en quoi c’est une bonne chose pour lui selon vous. Il pourra discuter, ne pas être d’accord, mais à partir du moment où vous l’avez énoncé comme règle, vous tenez à ce qu’elle soit appliquée. (NB : quand on ne respecte pas une règle, on s’expose à être puni… c’est logique.)

 

Comme conseillère, je propose régulièrement aux parents qui n’aiment pas ce « statut » de petit copain/petite copine (souvent parce qu’ils ont l’impression que ce n’est pas sérieux/durable par exemple) de demander à leur fils, à leur fille, une chose. Présenter son amoureux(s)e lorsqu’il/elle commence à projeter sa relation dans l’avenir.

 

« Nous aimerions que tu nous présentes celui/celle avec qui tu as envie de faire ta vie, plutôt que celui/celle où tu ne sais pas encore si cela va durer. Que tu ne sois pas en mesure de nous dire que tu veux te marier, c’est normal et ce n’est pas la question. Mais comme parents, nous ne souhaitons pas nous projeter ou même influencer ta relation si elle n’est pas vouée à être durable ».

 

C’est votre avis de parents, et vous demandez à ce qu’il soit respecté. Si c’est le cas, la conséquence est simple à comprendre pour votre adolescent : vous respecterez vraiment la personne qu’il/elle vous présentera, vous prendrez sa relation au sérieux. Je vous assure que quand des adolescents entendent cela, ils prennent conscience d’un certain nombre de choses sur l’amour, qui les aident vraiment à se construire. Ils connaissent en plus grâce à vous un critère clair pour savoir quand leur relation « mérite » de passer au stade « présentation aux parents ». Votre avis est important pour eux.

En attendant, vous êtes là pour transmettre les principes de base, répondre aux questions, donner des conseils, ou remplir tout autre besoin. Le reste, il s’agit de son intimité. 😉

 

Rappelez-vous que ces jeunes deviennent des adultes, qu’ils peuvent avoir soif de grandes choses, et que votre influence, votre manière d’agir reste imprimée en eux. Que ce soit pour eux une influence positive, qui responsabilise et offre un avenir construit et heureux.

 

 

Original sur Réussir l'amour... 

 

Si vous souhaitez vous abonner à ma Newsletter, cliquez ici.

educationGalerie DD